Le marketing de contenu est, à l’heure actuelle, sur toutes les langues. Intéresser l’internaute, le convaincre, augmenter son flux de visiteurs tout en optimisant les qualités SEO de sa plate-forme… Voilà à quoi sert la création de contenu aujourd’hui. Toutefois, la création d’articles en tous genres a entraîné un phénomène, et non des moindres… Oui, vous l’aurez deviné, il s’agit bel et bien de l’infobésité. Cette conséquence du marketing du 21e siècle est due à la multiplication de sites, de blogs et de forums sur lesquels pullulent des informations aussi bien vraies que fausses ; noyant l’internaute qui ne sait plus à quel Saint se vouer. Un véritable chaos informationnel en d’autres termes. En plus d’asphyxier l’internaute, l’infobésité a également des conséquences sur les marques : désengagement des lecteurs, incidence sur l’image de l’entreprise, perte de crédibilité… À l’heure de la surabondance des données, le temps est venu d’allier simplicité et qualitatif.

Infobésité : le pourquoi du comment

L’infobésité est née de la réception massive d’emails. La généralisation de la boîte mail en a fait un outil de communication privilégié. Rapidement, salariés et consommateurs se sont retrouvés à devoir lire et à trier un grand nombre de données, souvent non-pertinentes. La conséquence : les récepteurs ne lisent plus. Au mieux, ils survolent, s’ils ne décident pas de supprimer le mail dans la seconde. Vous l’aurez compris, l’envoi massif de mails a décrédibilisé l’information.

Le phénomène s’est ensuite propagé au restant de la toile. Forums, blogs et sites internet participatifs font leur arrivée sur le net. Dès lors, n’importe quel internaute a la possibilité de traiter une information et de la retravailler à sa manière. Le data est remanié, revisité ce qui entraîne un foisonnement d’informations. Les sources se multiplient alors que personne n’a connaissance de l’origine des informations remaniées. Les termes d’info et d’intox pointent le bout de leur nez. La surabondance d’informations sème le doute dans l’esprit des lecteurs qui peinent à trouver des réponses à leurs questions ; chaque rédacteur (amateur ou non) proposant des « solutions » différentes.

Infobésité

C’est alors au tour des marques de faire leur entrée dans l’arène. Google et le SEO sont sources de pression qui amènent les entreprises à traiter des données pour multiplier les visites sur leur plate-forme. La devise : plus d’informations pour plus de profit. Malheureusement, la recette ne fonctionne pas, bien au contraire. L’infobésité fait douter les internautes qui commencent à tout remettre en question. Les envois constants de newsletters et de publicités agacent les consommateurs. Ces marques perdent la confiance des prospects, leur image en prend un coup. Les clients décident de faire leurs achats auprès d’entreprises plus « neutres » et moins « racoleuses ».

Infobésité : quelles solutions ?

Les moteurs de recherche et leurs exigences SEO obligent les marques à créer du contenu. Mais comment tirer son épingle du jeu à une époque où l’infobésité fait des ravages ? À chaque problème, une solution.

La première astuce, pour ne pas dire la plus évidente, consiste à faire dans le qualitatif. Facile à dire, beaucoup moins facile à faire. L’enjeu : trouver des informations qui ont été peu, voire pas traitées par d’autres plates-formes en amont. Faire dans le qualitatif, c’est proposer aux lecteurs du contenu original, authentique et fiable. Il va sans dire que l’orthographe doit être irréprochable. La longueur des articles doit être cohérente avec l’importance du sujet traité. N’écrivez pas un article de 2000 mots si la thématique ne le mérite pas. Il est avisé aux rédacteurs en herbe de se cantonner à 1000 mots maximum pour ne pas ennuyer le lecteur et pour ne pas le noyer sous des informations non-pertinentes.

Infobésité

Le ton employé dans vos contenus a également une grande importance. De la même manière que votre logo et que votre charte graphique, ce dernier va jouer sur votre image. Tout dépend des valeurs que vous souhaitez dégager. Allez-vous employer le « tu », le « vous » ? Vous pouvez également choisir de ne pas vous adresser directement à vos cibles en faisant usage de tournures plus journalistiques « D’après l’étude réalisée par » au lieu de « Saviez-vous que ».

Infobésité : sensibilisation et rythme des publications

Misez sur l’émotion, la proximité et l’innovation pour séduire vos lecteurs. Le contenu est lui aussi un produit qu’il faut présenter de la meilleure manière qui soit.

Le rythme des publications est également un aspect important à prendre en compte. Toutes les thématiques ne méritent pas plusieurs articles par semaine. Ne créez pas de l’information si elle n’a pas lieu d’être. Quel que soit le domaine d’activité de votre entreprise, un à deux articles par semaine sont amplement suffisants pour captiver l’attention de votre lectorat et de vos prospects.