Cher(e) ami(e) bonjour,

Le précédent article nous a fait prendre conscience que l’innovation doit être maintenue au cœur des priorités de l’entreprise pour que cette dernière continue de croitre.

Plus encore, l’innovation passe avant tout par l’alchimie entre la recherche technique, de nouveaux process mais aussi par l’émergence de nouvelles idées notamment une autre vision de son produit sur son marché, la quête d’aventure pour emmener l’entreprise vers des contrées inconnues peut être même inexploitées.
Le marketeur d’aujourd’hui est un aventurier… certainement !

Le marketing aime les métaphores, nombreuses sont liées à la nature.
Parmi elles certaines sont reconnaissables, le « Red ocean » pour décrire un monde cruel, peuplé de requins prêt à s’entre-dévorer un monde où il convient de jouer des coudes, de passer à l’offensive pour se différencier de ses concurrents.

A l’opposé le « Blue ocean » permet un passage défensif.
Cette méthode proposer une percée vers des contrées inconnues pour en faire émerger de nouvelles créations.

Ces 2 méthodes pourtant sont basées sur une même approche, celle de l’innovation.
Dans cet article nous allons donc nous focaliser sur la première d’entre elles le « Red ocean » ou « Baunch marketing ».

Comment se développer sur un marché hyper concurrentiel ?
Comment innover et créer une réelle différence d’avec ses concurrents ?

C’est par un exemple très concret que je vous propose d’aborder ce sujet.
Tout d’abord quelques chiffres vont vous aiguiller sur l’exemple qui va suivre.

97 % des foyers consomment des biscuits en France.
Pas moins de 450 marques de biscuits sont ainsi référencées sur près de 100 mètres de linéaires en supermarchés. La bataille fait rage !

Comment dans ce contexte se démarquer où le numéro 1 « Lu » tient le devant de la scène !

Pourtant un nouvel acteur va venir bousculer les codes du marché du blé et des céréales plus spécifiquement celui du biscuit, un acteur inattendu …Milka.

Milka, leader de la tablette de chocolat reconnaissable entre toutes les marques par sa couleur violète et sa vache…pourpre (suivez mon regard) arrive en fanfare et se fraye une belle part du gâteau depuis 2012 dans les linéaires.

Comment un chocolatier se transforme en roi du biscuit, ou plutôt par quelle recette magique a t’il osé bousculer les codes établis sur ce secteur.

1/ réputation
Tout d’abord en s’appuyant sur son expertise reconnue, celle de chocolatier.
Qui d’entre-nous n’a pas mangé une tablette de chocolat Milka reconnaissable entre toutes dans les rayons parmi les autres tabelles de chocolats; la qualité du produit en fait une forte réputation jamais démentie (mon chocolat préféré qui me rappelle mon enfance).

2/ Expertise
En associant son savoir-faire du chocolat à la connaissance du domaine de la biscuiterie.
Le groupe MONDELEZ (qui détient la marque Milka) possède pars moins de 17 unités de production de biscuits à travers l’Europe…ça cause.

3/ Evidence
Anne GENIN, directrice marketing au sein du groupe MONDELEZ international décrit comme une évidence l’association des 2 produits pour en créer un nouveau.
Les 2, le chocolat et le biscuit répondent à cette recherche constante du plaisir par le consommateur.

4/ Création
Émergence de nouvelles idées de création de packagings ludiques, sympathiques, originaux.

5/ Audace
Plus encore, une équipe motivée avec un autre regard sur son marché défend un nouvel angle d’approche du produit.

6/ Signature
La signature d’un produit très reconnaissable.

Pour résumer la qualité des produits associés à une nouvelle approche produit sur son marché, renforcé par une signature spécifique, sont les clés du succès bien mérité de Milka.

Cependant, je me permets un petit bémol.
Aujourd’hui plus que jamais Milka rentre dans la cour des très grands puisqu’il est omniprésent sur les linéaires de la biscuiterie.

Attention toutefois, le chocolat c’est bon, mais à forte dose il peut devenir écœurant !

Lancé à toute allure Milka sera-t-il tenir dans la durée, comme ses concurrents.
Notamment LU va t il rebondir… savourons ce suspense marketing, comme on l’adore !

Dans un prochain article je vous commenterai la technique « Blue ocean »
Là encore par un exemple concret.

Cécile AtCom

 

Sources : Pascal Robello directeur marketing l’Oréal Luxe pour institut agro Paristech et Anne Génin, directrice Biscuits & développement durable, Mondelez International

Photo  tiré de la publicité Milka : https://www.youtube.com/watch?v=L3Ji_vIXVNk