Les fast-foods et les plats à emporter font, depuis bien longtemps maintenant, partie du paysage du consommateur. Alors que nous nous trouvons à une époque où la tendance est au « manger bio et sain », le snacking (grignotage en anglais) a tout autant la côte. En quoi consiste ce phénomène de l’ère moderne ? Pourquoi séduit-il autant ? Comment les marques s’y prennent-elles pour charmer des acheteurs en quête d’aliments qualitatifs ? C’est ce que nous allons voir dans ce nouvel article de Profils conso.

Snacking : le principe

Manger sur le pouce, prendre un en-cas. Voilà à quoi le terme de « snacking » fait référence. Tout commence lorsque quelques industriels, et notamment des industriels du secteur « manger sain », se mettent, tout d’un coup, à proposer aux consommateurs leurs produits en format « poche ». La formule a du succès. Les concurrents dupliquent rapidement la recette.
Les emballages aux couleurs vertes ornés de slogans « sans gluten » et « allégé en matières grasses » séduisent les acheteurs qui y voient là un moyen de se faire plaisir tout en prenant soin de leur santé et de leur ligne.
La question qui se pose, tout naturellement, est la suivante : pourquoi le snacking plaît-il autant ? À cette interrogation, plusieurs réponses. Tout d’abord, le temps que les Français consacrent à leur déjeuner ne cesse de baisser depuis les trente dernières années. Les modes de vie ont bien évolué depuis 1980. Nous courrons constamment après le temps. Le snacking, lui, permet d’en gagner.
Qui plus est, les industriels ont réussi à donner une connotation nutritionnelle positive à leurs produits.

Snacking

Snacking : du grignotage de meilleure qualité

Depuis quelques années, les marques surfent sur la vague du « bio ». Les concepteurs du snacking sont, tout naturellement, venus à la conclusion qu’il fallait associer les deux concepts. Pour cela, il fallait miser sur bien plus que des packagings modernes dans les tons verts. Oui, il fallait également proposer des produits de qualité ; des aliments « plus sains » pour des consommateurs qui prennent de plus en plus de temps pour déchiffrer les étiquettes nutritionnelles de leurs denrées. C’est alors que sont nés des aliments de grignotage « qualitatifs ». Certaines marques se sont également engouffrées dans les brèches du « régional », du « halal », du « sans gluten », etc.

Snacking : que réserve l’avenir ?

D’après les experts marketing, le snacking a encore de beaux jours devant lui. Toutefois, le « snacking premium » tend à piquer la vedette au « snacking classique ». Oui, les consommateurs veulent du « bon et du sain » quitte à devoir payer un peu plus cher. Ainsi, les marques sont de plus en plus nombreuses à investir davantage pour être en mesure de proposer des produits mieux travaillés, répondant aux exigences nutritionnelles des acheteurs.
À noter que les consommateurs sont également friands de nouveautés et d’innovation. Il ne reste plus qu’à faire travailler votre imagination !