La publicité digitale est aujourd’hui incontournable. Quel que soit le produit ou le service qu’elle propose, une marque a le devoir de se rendre visible sur la toile. Vidéos, banners, encarts, pop-ups… La publicité numérique se décline sous de nombreuses formes et permet de cibler ses prospects avec une précision encore jamais vue. Aussi intéressante et lucrative soit-elle, le fonctionnement de la publicité digitale se révèle complexe. La raison d’être de cet article : vous aider à comprendre ce milieu particulier pour être en mesure de mettre le pied à l’étrier à votre tour. Focus.

Publicité digitale : les différents formats

Faire de la publicité digitale doit être une évidence pour toute entreprise. La première étape consiste à choisir le ou les formats qui vous permettront de faire votre promotion sur la toile.

1 – La bannière. Inventée en 1994, la banderole publicitaire a fait du chemin depuis. Design, visible et discrète à la fois, la bannière publicitaire représente 60 % des achats d’espaces. Abordable, celle-ci est particulièrement appréciée des marques qui souhaitent toucher un large public rapidement. Celle-ci existe sous de nombreuses formes (rectangulaire, carrée, ronde…). La bannière publicitaire est également l’ancêtre du Rich Media. Le concept : remplacer temporairement le fond d’un site par une image promotionnelle.

La bannière peut être animée de façon visuelle et/ou sonore pour accentuer les chances d’attirer l’œil des visiteurs. Les internautes sont particulièrement friands de publicités ludiques et amusantes. Alors, laissez parler le créatif qui est en vous !

2 – La publicité via les réseaux sociaux. Cette forme de publicité digitale est actuellement en pleine expansion. Les social media ont, avec le temps, réussi à développer de nombreuses stratégies plus efficaces les unes que les autres. Ciblage précis et rentabilité sont au rendez-vous. Les abonnés communiquent de nombreuses informations particulièrement précieuses (âge, sexe, composition de la famille, centres d’intérêt, etc.) permettant aux réseaux sociaux de leur proposer de la publicité en accord avec leurs besoins et leurs goûts.

3 – Le native advertising (N.A). En vogue depuis quelques années, cette publicité digitale est particulièrement appréciée des internautes. Le principe du N.A : se calquer sur le contenu du site. L’annonce s’intègre parfaitement au site sur lequel elle se trouve. Elle se rapporte au contenu déjà présent et intéresse, de fait, les internautes. Le visiteur n’est pas parasité. La publicité est, la majeure partie du temps, présente sous forme de suggestion.

publicité digitale

4 – La vidéo est à son tour en plein boom. Plus qu’un simple spot publicitaire, les marques mettent aujourd’hui au point des mini-clips et des web-séries au sein desquels elles racontent une histoire. La vidéo se décline aussi sous forme de tutoriel. Ludique, ce dernier intéresse les internautes de par son contenu informatif. Les marques y incluent des produits pour en faire la promotion entre deux explications.

Publicité digitale : et le coût dans tout ça ?

Inutile de vous dire que la publicité digitale a un coût. Il y a, d’ailleurs, différentes façons de la payer.

Le coût par clic (CPC) : ici, l’éditeur est rémunéré par l’annonceur en fonction du nombre de fois que les internautes auront cliqué sur la publicité de ce dernier. Ce type d’achat permet d’assurer un retour sur investissement.
Le coût par mille (CPM) : ici, on ne parle pas de nombre de clics, mais bien d’un nombre d’affichages préalablement déterminé. 1000 en l’occurrence. Le but de cette stratégie publicitaire : améliorer son image et/ ou se faire connaître du grand public.

Le coût par lead (CPL) : « qu’est-ce qu’un lead ? ». Il s’agit d’un prospect. Dans ce cas de figure, l’annonceur rémunère l’éditeur en fonction du nombre de clients potentiels/de contacts qu’il récupère. Les leads peuvent être récoltés par le biais de formulaires, d’inscriptions à des newsletters, à des offres promotionnelles, etc.

Le coût par action (CPA) : cette méthode de rémunération est particulièrement intéressante pour l’annonceur qui est certain d’avoir un bon retour sur investissement. Le principe : l’éditeur touche de l’argent à chaque fois qu’un internaute aura réalisé une action déterminée. Achat d’un produit, création d’un compte client, abonnement à la page Facebook… Les actions peuvent prendre une multitude de formes.

Publicité digitale : trouver le bon éditeur

Il est fortement conseillé de s’associer à des plates-formes et à des entreprises dont la réputation n’est plus à défendre. Les mastodontes tels que Rue du Commerce, Cdiscount, Facebook, Instagram, Google sont très sollicités. Ces derniers peuvent se permettre de « trier » les firmes qui souhaitent diffuser de la publicité sur leur site. Toutefois, inutile de vous dire que les prix montent très vite sur ce type de plate-forme. Si vous n’avez pas les moyens pour vous associer aux plus grands dans un premier temps, prenez le temps de surfer sur la toile et dénichez des sites en rapport avec votre activité. Renseignez-vous bien sur le nombre de visiteurs et sur la notoriété de la plate-forme en question pour vous assurer un retour sur investissement intéressant.

Propulsé par WishList Member - Logiciel d'adhésion